signat corri

Médias

Supprimer les compteurs à budget pour améliorer la performance énergétique des logements !

 

Signataires :

Thierry Bodson, secrétaire général de la FGTB Wallonne

Marc Becker, secrétaire national de la CSC Wallonne

Christian Kunsch, président du Mouvement Ouvrier Chrétien

Christine Mahy, secrétaire générale du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté

Joëlle van den Berg, secrétaire générale du Réseau IDées

Christophe Schoune, secrétaire général de la Fédération Inter Environnement Wallonie

Christine Steinbach, présidente des Equipes populaires

David Praile, coordinateur de Solidarités nouvelles

Céline Nieuwenhuys, secrétaire générale de la Fédération des services sociaux

Julien Galland, coordinateur de Revert asbl

Etienne Cleda, directeur d’Empreintes asbl

 

Réunis au sein du Réseau wallon pour l’accès durable à l’énergie (RWADE : www.rwade.be)

 

La Région wallonne a fait le choix d’imposer les compteurs à budget aux ménages en difficulté de paiement. Une facilité pour les fournisseurs, mais un choix coûteux pour les consommateurs : plus de 43 millions d’euros[1] ont été répercutés sur la facture des Wallons en 2013, et ce budget augmente chaque année[2]. Ces 43 millions devraient plutôt servir à l’amélioration de la performance énergétique des logements. Elle permet d’une part d’apporter des réponses structurelles aux ménages en difficulté d’accès à l’énergie et, d’autre part, de répondre à des enjeux environnementaux et économiques. Sachant que le budget des primes Energie/Logement a lui été réduit de 25 millions en 2015 et est de l’ordre de 40 millions d’euros, il est interpelant de constater que la Région Wallonne alloue une somme similaire d’un côté pour une politique d’exclusion sociale qui réduit l’accès à l’énergie des ménages, de l’autre pour un soutien à la rénovation, qui renforcerait ce droit ! Et que c’est le budget de la seconde qui diminue drastiquement !

momignies

Intervention de Christine Mahy et deux témoins du vécu à Momignies dans le cadre d'une journée de travail organisée par le Service de Cohésion Sociale de la Commune

LIre l'article

Pourquoi et comment adapter nos pratiques d'ErE pour les personnes en situation de précarité ?
Retrouvez tous les contenus de ces 14es Rencontres de l’Education relative à l’Environnement (ErE) sur
www.reseau-idee.be/rencontres/2014

« Pourquoi et comment adapter nos pratiques d'ErE pour des personnes en situation de précarité ? » C’est à cette question qu’ont tenté de répondre les 14e Rencontres de l’Education relative à l’Environnement (ErE), organisées par le Réseau IDée, en collaboration avec le CRIE de Liège, le CRIE de Namur, Espace Environnement et l’Institut d’Eco-Pédagogie. Elles se sont tenues en deux temps.

D’abord, 3 journées d’échanges et de découvertes de projets ont été organisées en juin 2014 autour du travail de la terre, de l’alimentation, et de l’Energie. Enfin, une journée de bilan s’est tenue le 27 novembre à Namur.

Au total, quelque 250 personnes y ont participé : animateurs et formateurs en Education relative à l’Environnement (ErE), éco-conseillers, travailleurs sociaux, personnes issues de l’éducation permanente, du secteur public, de l’éducation à la citoyenneté…

Désormais l'essentiel des apports de ces 4 journées sont disponibles sur www.reseau-idee.be/rencontres/2014

Vous y trouverez:

  • une synthèse express visant à répondre à la question « Pourquoi et comment adapter nos pratiques d'ErE pour des personnes en situation de précarité ?»
  • les interventions des personnes ressources de la journée de bilan : Anne Leclercq (Réseau Wallon de Lutte contre la pauvreté), Etienne Cleda et Stéphanie de Tiège (Empreintes - CRIE de Namur), Christian Dave (CRIE du Fourneau Saint Michel), Loredana Tesoro (Rouletabille et Maison médicale de Laveu), Christine Steinbach (Equipes Populaires)
  • les principaux apports des trois premières journées thématiques : présentation des projets de terrain et résumé des ateliers d’échange
  • Cordialement,
    Le Réseau IDée et ses partenaires : le CRIE de Liège, Empreintes, Espace Environnement et l'Institut d'Eco Pédagogie

    Contact : Marie Bogaerts - 02 286 95 75 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

    Les CPAS sont au service de la population. Acteurs de changements, ils sont ouverts aux évolutions. Encore faut-il que la population y gagne. Selon certains, il faudrait les intégrer dans les communes. On peut légitimement se poser la question du pourquoi. Quel gain en cas de fusion commune-CPAS? A ce jour, aucune étude scientifique n’a démontré la plus-value de ce scénario. Il ne changera en rien les besoins des personnes en précarité et ceux financiers du CPAS sauf à restreindre fondamentalement son action et ses services.

    Un fonds documentaire à votre disposition

    Une collaboration Province de Namur-RWLP et divers partenaires.


    En savoir plus

     

    Consulter le catalogue