Bandeau site ok2
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

Site lutte pauvreté wallonie.be

Soutenez les enjeux portés par le RWLP

Newsletter !

*

logo wallonie-7x9-300dpi-rvb        CEra - F Base 3 COLOR stroke3

logobij

  FWB

 PAC

 

 petitlogoRTA gris

province namur

 

 

FRB

 

EUROPE FSE

Médias

"Si l'on en croit plusieurs titres parus à la sortie du rapport de l'IWEPS, la Wallonie est l'une des régions les plus égalitaires du continent. Mais la réalité est nettement plus compliquée que cela.

La Wallonie, terre d'égalité ? Selon l'IWEPS, l'Institut wallon de l'évaluation, de la prospective et de la statistique, les inégalités y sont limitées grâce à "un modèle social alliant une négociation collective généralisée et une sécurité sociale extensive". La Wallonie affiche un indice de Gini, méthode de calcul des inégalités basée sur le revenu, de 0,256. "Cela veut dire qu’en Wallonie, si l’on prend deux personnes au hasard, en moyenne, leur différence de revenu équivaudra à environ un quart du revenu moyen wallon" lit-on dans le rapport 2019 des "Chiffres clés de la Wallonie". Un taux qui renvoie à celui des pays scandinaves, souvent pris en exemple dans le domaine. Une bonne nouvelle à première vue.

Pourtant, il est difficile de nier le niveau de pauvreté qui gangrène la Wallonie. Le rapport ne le fait d'ailleurs pas. Après avoir mis en évidence l'indice de Gini, il rappelle que "la pauvreté de condition de vie est plus marquée" en Wallonie. Avec 8,6%, le taux de privation matérielle sévère y est par exemple supérieur à la médiane européenne, alors qu'une habitation wallonne sur cinq présentent des problèmes d'humidité. "Le coefficient de Gini donne un type de regard, basé sur le revenu. Mais quelqu'un qui gagne 15 euros de plus que le seuil de pauvreté ne comptera pas dans les stats. On ne pourra pourtant pas dire qu'il vit confortablement" signale Christine Mahy, Secrétaire générale du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté..."

 

Lire l'article complet ICI

Débats solidarités : pourquoi les femmes s’emparent des combats écologiques et sociaux

 

"Les « Solidarités » à la citadelle de Namur, ce sont principalement des concerts mais pas que ! Il y a aussi des conférences. Vendredi dernier, l’une d’entre elles se posait la question suivante : pourquoi les femmes s’emparent-elles des combats sociaux et écologiques ? Parmi les intervenantes : Adélaide Charlier de Youth for Climate ou encore Christine Mahy du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté. "

Regarder le reportage ICI

 

"Nous sommes le 17 août, nous passons un nouvel été de sécheresse et de canicule et, autour de nous, les gouvernements naissent au compte-goutte. Nous connaissons maintenant le nom de certains des ministres avec lesquels nous aurons à passer les prochaines 5 années...

...Non, la pauvreté n'est pas un phénomène marginal par rapport à la question du climat. Elle n'est pas un secteur séparé des enjeux globaux. Et il ne suffit pas, pour s'en préoccuper, de calculer les impacts sociaux qu'auraient des mesures de taxation ou de réduction carboniques ni de "compenser" financièrement les pertes de revenus engendrées par de telles politiques. Cela, c'est interroger la question sociale à partir d'une autre question, c'est considérer la pauvreté comme un deuxième plan...."[SIC]

Lire la Carte blanche complète ICI

"Personne ne choisit d’être pauvre"

Christine La Libresite

..." Elle se bat pour que la pauvreté recule. Pour les gens, d’abord, mais aussi pour que la société soit plus digne. Et parce qu’il y a aussi un intérêt économique à sortir les gens de la pauvreté. Aujourd’hui, la pauvreté est "un secteur" : quelle horreur. Non, dit-elle, c’est une conséquence, pas un secteur"...

Découvrir l'article ICI

 

"La garantie de revenus aux personnes âgées (GRAPA) bénéficie à des aînés de plus de 65 ans disposant de peu de moyens. De facto, elle succède au revenu d'intégration ou complète une petite pension. 104.265 personnes dont 68.107 femmes (65,3 %) en bénéficiaient en 2018."..."Un collectif pluriel et pluraliste a publié une opinion critique sur cette réforme. Le ministre compétent, M. Baquelaine y a réagi par écrit. Comme démocrates pour le débat, ce Collectif salue que le ministre ait pris la plume afin de donner son point de vue, exerçant ainsi un sain droit de réponse. Sur le fond et sur la forme, c'est autre chose."

 

Lire la suite de l'article ICI

Le Journal De Morgen a réalisé un portrait de Christine Mahy, secrétaire générale du RWLP.

christinedemorgen site

Lire l'article ICI

 


Le RWLP luttera pour la reconquête du pouvoir de VIVRE et le droit à la VIE PRIVEE!  Rendez-vous le 17 octobre 2019 à Namur pour le crier haut et fort!

Signature site 300


"La réforme de la garantie de revenus aux personnes âgées (Grapa) - avec son contrôle à domicile par les FACTEURS - va fragiliser des personnes déjà vulnérables vu leur âge et leur petit revenu. C'est une lamentable régression."

Lire la Carte Blanche signée par Christine Mahy et un collectif pour la justice sociale et la sérénité des aînés  ICI

 

"Vous n'avez pas encore réservé vos vacances ? Quoi de mieux que les côtes de la Méditerranée pour vous dorer la pilule ? Un seul conseil : n'allez pas à Djerba ; vous risqueriez de tomber nez à nez avec des cadavres. Ce serait fâcheux et risquerait de gâcher vos vacances." Une déshumanisation à son paroxysme

Lire la Carte Blanche ICI

 

Dans un interview pour paris Match, Rudy Demotte se dit:

"« très pessimiste » sur l’avenir de l’espèce humaine, tout en nourrissant, en même temps, « l’absolue conviction que l’humanité va s’en sortir, va trouver des solutions face aux grands défis des inégalités et du climat. » Il déplore que certains efforts collectifs s’appliquent aux plus humbles. Sur la misère et le développement durable, il nous invite à rencontrer Christine Mahy, présidente du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté , « une femme magnifique, à l’intelligence vive »."

Lire l'article ici

 

«La Wallonie n’existe pas»
Suite à un article de Peter De Lobel, journaliste au « Standaard » sur la proximité entre Flandre et Wallonie Le Soir à écrit cette carte blanche:
"... Christine Mahy, présidente du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté. Son plaidoyer est aussi simple que radical. La pauvreté ne doit pas être combattue, mais éradiquée."

 

Lire la Carte blanche ICI

Lire l'article du Standaart ICI

 

Un fonds documentaire à votre disposition

Une collaboration Province de Namur-RWLP et divers partenaires.


En savoir plus

 

Consulter le catalogue