tract manif

Soutenez les enjeux portés par le RWLP

Newsletter !

17 octobre

 

drap-vertical

*

logo wallonie-7x9-300dpi-rvb        CEra - F Base 3 COLOR stroke3

logobij

  FWB

 PAC

 

 petitlogoRTA gris

province namur

 

 

FRB

 

EUROPE FSE

Historique

 

RWLP logo 10cm

Le 20 septembre, l’Ulg 1200px University of Liège logo.svg décernera le tire de « docteur honoris causa » à trois personnalités : le docteur Denis Mukwege, qui s’est mis au service des femmes victimes du viol utilisé comme arme de guerre en République Démocratique du Congo ; Hassan Jarfi, dont le fils a été assassiné à Liège en raison de ses préférences sexuelles ; son père a écrit un plaidoyer pour la tolérance et les droits de l’Homme. La troisième personnalité distinguée est Christine Mahy, notre Secrétaire générale, pour son action émancipatrice en faveur des populations soumises à l’appauvrissement.

Le titre honorifique de docteur peut être délivré sans examen par l’Université, selon des procédures strictes, « pour preuve d’estime »[1] envers des personnalités dont l’Université entend saluer l’action. Nous sommes évidemment très heureux de pouvoir vous annoncer que Christine va être distinguée dans ce cadre. Pour trois raisons essentielles.

En étant associée à l’action d’un médecin qui lutte contre les violences de guerre faites aux femmes, à un père dont le fils a payé de sa vie la discrimination et qui plaide pour les droits, l’action de Christine Mahy est appréhendée dans son sens réel : faire reconnaître la pauvreté comme une violence de structure, violence qui aboutit à détruire les possibilités de création des personnes et des groupes, à dilapider les richesses que représentent les populations et, depuis trop d’années, violence ultime, à rendre ces personnes principales voire uniques responsables de leur sort et à les sanctionner en conséquence.

Ensuite, ce sont les modalités d’action de notre association et de bien d’autres dont la pertinence est ainsi reconnue : l’éducation permanente, le croisement des luttes culturelles et des luttes sociales, leur appui les unes sur les autres. Cette action fait confiance à la capacité d’analyse des personnes, à la production du savoir dans l’expérience et dans la rencontre. Mais aussi, et nous en remercions Christine qui le fait de manière exemplaire, au fait que la parole des populations victimes des violences économiques, sociales et culturelles, si elle doit être écoutée, doit surtout être portée pour pouvoir porter. C’est là la dimension proprement politique de son action et ce sont nos engagements à tous qu’elle exprime si bien.

Enfin, une Université qui choisit de distinguer « pour cause d’honneur » telle ou telle action ou telle ou telle cause dit aussi quelque chose d’elle-même, de ses propres choix. La lutte contre les violences et les inégalités dont l’importance et la pertinence sont ainsi réaffirmées par l’Université de Liège ne peut que nous inciter à continuer à chercher, dans une voie inaugurée par un Pierre Bourdieu et par tant d’autres, les conditions d’une alliance effective entre les chercheurs, les associations militantes et les organismes de mobilisation. C’est une telle alliance qui nous paraît apte à stopper la violence impersonnelle des marchés, de la guerre, de l’intolérance, à imaginer des « instances de contrôle » de leurs forces dérégulées, instances qui seraient « enracinées dans un véritable mouvement populaire »[2]. Pour que l’honneur des populations méprisées soit rétabli ; pour que les inégalités qui les frappent diminuent notablement.

Jean Blairon, Président du RWLP.


[1]https://www.ulg.ac.be/cms/c_29969/de/ra2000-le-doctorat-honoris-causa

[2]P. Bourdieu, « Pour une vraie mobilisation des forces organisées », Interventions, Sciences sociales et action politique, Marseille, Agone, 2002, p. 458.

 

Article de LA LIBRE

Il y a plus de 25 ans, à l’initiative de quelques associations en Wallonie se développait un Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté organisé en association de fait. Cette démarche collective volontaire avait pour but d’être plus fort dans l’interpellation du monde politique en matière de lutte contre la pauvreté à travers la participation des populations.

L’évolution du Réseau et l’adaptation aux réalités associatives, conduisirent ses membres à la constitution en association sans but lucratif en février 2003

Le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté asbl, composé aujourd’hui de 25 associations membres de l’assemblée générale et d’un ensemble de partenaires, active une démarche participative sur l’accès et l’exercice des droits des personnes en situation de pauvreté en Région wallonne, dans une préoccupation de Justice Sociale indispensable à une société démocratique.

Outre l’action permanente prioritaire au travers de groupes de travail et d’espaces de dialogue/ négociation/ confrontation/ concertation, sur les droits essentiels pour que chacun traverse la vie dans des conditions correctes, des moments forts ont ponctués la vie des personnes, des associations et du RWLP au cours de ces dernières années :

 

  • On se souvient d’un premier dialogue important entre les citoyens en situation de pauvreté, les associations et les députés au Parlement wallon le 27 juin 2005.
  • La publication en juin 2006 d’un document intitulé "Accès et exercice des droits en Région wallonne" qui reprend l’ensemble des travaux réalisés par les participants, associations membres et personnes vivant des difficultés. Lors des assemblées de travail, sur base de leur réflexion propre et avec l’éclairage d’orateurs issus de centres d’études, d’Universités, d’organisations sociales et des pouvoirs publics, les participants ont tenté de comprendre pourquoi et comment l’accès et l’exercice des droits peuvent être limités voire empêchés.
  • En 2006-2007, les personnes et les associations membres du RWLP se sont investies dans le suivi de la démarche « Accès et exercice des droits » ceci étant une part du projet global adopté en novembre 2005 : « Vers une Wallonie sans pauvreté d’ici 2025 ». Le RWLP s’est ainsi concentré sur l’analyse des enjeux fondamentaux en Wallonie dans les domaines de l’accès à la santé, à l’emploi, au logement, dans le but de collaborer concrètement à l’amélioration des mécanismes collectifs qui organisent les droits pour Tous à un bien-être.
  • Le 01 décembre 2008, présentation au Moulin de Beez du rapport global contenant les recommandations du RWLP adressées aux pouvoirs publics en matière d’emploi, santé et logement : « Accès et exercices des droits à la santé, au logement, et à l’emploi » - Constats et propositions aux pouvoirs publics – Beez le 01 décembre 2008 ».
  • Le 12 mai 2009, organisation d’un débat politique en perspective des élections régionales sur base d’un mémorandum.
  • Organisation d’un événement symbolique fort les 17 octobre 2007-2008-2009-2010-2011 : la parade de lanternes citoyennes. Et la participation à l’événement national porté par le Réseau Belge de Lutte contre la pauvreté (BAPN) à Bruxelles.
  • A partir de 2009, le RWLP s’est investi dans un travail participatif au plan régional, fédéral et européen en partenariat avec ses homologues des autres régions du pays et avec BAPN. Le logement (assemblée dans le cadre de l’habitat permanent, journée sur le Logement à Liège avec le Réseau Belge de Lutte contre la Pauvreté groupe de travail sur le sans-abrisme), la santé (au plan fédéral), les Accords de Lisbonne, l’emploi/non-emploi furent à l’ordre du jour.

 

Attentif à ce que la participation des personnes qui vivent la pauvreté soit réelle et l’expertise de la traversée de la vie de celles-ci soit en permanence au centre des préoccupations, sur base des travaux produits, le RWLP provoque l’existence d’espaces-temps de travail avec les pouvoirs publics (L’Etat Fédéral, la Région Wallonne, les Provinces, les Communes) et les autres acteurs de la société civile (les mutualités, les syndicats, d’autres réseaux, les relais sociaux, fédérations, etc). Un travail de co-construction des politiques structurelles étant à la base de l’éradication de la pauvreté.

Le RWLP dans son lien historique au plan Fédéral et Européen : la dynamique wallonne mise en place il y a 25 ans fit école au travers de liens développés en Région Bruxelloise dans un premier temps. Ensuite à la faveur de la prise en considération de la lutte contre la pauvreté au plan européen par Jacques Delors, des contacts furent établis avec la Flandre afin que les belges qui connaissaient la pauvreté puissent se faire entendre au plan européen. C’est ainsi que naissait il y a près de 20 ans, le Réseau Belge de Lutte contre la Pauvreté qui lui-même est membre du Réseau Européen de Lutte contre la Pauvreté (Eapn).

 

 

 

Un fonds documentaire à votre disposition

Une collaboration Province de Namur-RWLP et divers partenaires.


En savoir plus

 

Consulter le catalogue