bandeau photosite                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

Prochainement avec le RWLP

Site lutte pauvreté wallonie.be

Soutenez les enjeux portés par le RWLP

Newsletter !

*

logo wallonie-7x9-300dpi-rvb        CEra - F Base 3 COLOR stroke3

logobij

  FWB

 PAC

 

 petitlogoRTA gris

province namur

 

 

FRB

 

EUROPE FSE

Action politique

10 organisations belges de la société civile (des organisations de lutte contre la pauvreté et des syndicats) exigent que le prochain gouvernement fédéral s’engage à augmenter tous les revenus et allocations au-dessus du seuil de pauvreté. Elles se sont regroupées dans la coalition BMIN (Belgian Minimum Income). Cette concertation s’inscrit dans une campagne européenne ayant pour objectif d’obtenir un tel revenu minimum dans tous les Etats membres de l’UE.[1] Un revenu adéquat est un droit fondamental. Or nous constatons notamment que les allocations sont de plus en plus souvent liées à toutes sortes d’obstacles et de conditions.

Le  28 avril 2014, la plateforme verviétoise Oser la Démocratie a organisé une rencontre entre les politiques locaux et les personnes soutenues par les associations partenaires. Les thèmes de la rencontre étaient les principaux sujet de préoccupation exprimés lors de différentes animations de groupes, à savoir l’emploi des personnes handicapées, des immigrés et des jeunes. Cette rencontre à laquelle le RWLP a participé fut l’occasion d’avoir un dialogue constructif entre le public et les politiques.

12582245-1

12582245-0

Voir les documents en grand

Echec scolaire  IMG 20170927 093553réduit

Pour une école qui réussit avec tous les enfants, il faut que la réforme de l’enseignement ( le Pacte pour un Enseignement d’Excellence) tienne ses promesses !

Toutes les familles souhaitent le meilleur pour leurs enfants. Mais, pour les familles confrontées à l’appauvrissement, la pauvreté, la pauvreté durable, la réussite scolaire revêt un caractère très particulier, celui de la réussite  d’un projet de vie au service  de la sortie de la pauvreté. Trop souvent, la désillusion est au rendez-vous. Le constat est dur pour l’Enseignement et violent pour ces enfants et ces familles : l’Ecole en Fédération Wallonie-Bruxelles « rate » avec les plus pauvres !

 

Le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté, en alliance avec la plateforme contre de Lutte contre l’Echec scolaire, a tenu à rappeler au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles l’importance que le Pacte pour un Enseignement d’Excellence tienne ses promesses en construisant enfin une Ecole qui réussit avec tous les enfants. A cet égard, le tronc commun, le financement et les politiques inscriptions sont des éléments importants.

En particulier, le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté a  souligné l’urgence d’obtenir un enseignement réellement gratuit. L’argent à l’école est trop souvent un sujet de préoccupation pour les enfants, les parents et les enseignants. L’argent pollue la relation entre enfants, parents et enseignants. L’argent distrait l’école de ses missions prioritaires. Une Ecole qui réussit avec tous les enfants est une école gratuite !

Lire le texte complet de la conférence de presse

Lire l'article de RTBF.be

Lire l'article de l'Avenir.net

Lire l'article "La Libre"

Lire l'article "Le Soir"

 

 

mémor rwlp 2014

Lire le contenu du programme-recommandations

 


 

Sur le site BAPN, vous trouverez les memorandi de BAPN (réseau belge de lutte contre la pauvreté), de BMIN (revenu minimum), de EAPN (réseau européen de lutte contre la pauvreté).

 


 

Articles parus dans l'avenir :

Le RWLP a présenté ses recommandations en vue des élections

Cri d'alerte contre la pauvreté : 6 pistes à suivre d'urgence

CPMEMOR1 

Dans la déclaration de politique régionale de la Wallonie, voici ce qui est dit :

« Le Gouvernement mènera des politiques préventives afin d’éviter que les personnes ne tombent dans la pauvreté et ou l’exclusion. Il conduira une politique intégrée d’action sociale préventive contribuant à l’émancipation, à l’autonomie et au bien-être de chacun, avec une attention particulière pour la lutte contre la pauvreté infantile et la pauvreté des ainés. Le Gouvernement invitera le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté pour fixer un plan de travail pour les plus précarisés qui sera évalué annuellement avec le Réseau. »


Sur le site du PS, voici ce qui est dit à propos de la formation du gouvernement :

« Compte tenu de l’importance que revêt aujourd’hui la lutte contre la pauvreté en Wallonie, le Ministre-Président sera explicitement chargé d’assurer la coordination de la politique. Il s’agit d’un signal fort, donné par le nouveau Gouvernement à l’égard du secteur. »

Lire la déclaration de politique régionale

Lire la déclaration de politique communautaire

Avec une centaine d’associations, le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté a rejoint l’initiative prise par la Plate-Forme Mineurs en Exil, UNICEF Belgique, le CIRÉ, Caritas International, Vluchtelingenwerk Vlaanderen et JRS Belgium, en signant l’appel « On n’enferme pas un enfant. Point. »

En effet, en ce mois de septembre 2017, le Gouvernement Fédéral a commencé à construire un nouveau centre fermé, à côté de l’aéroport de Bruxelles-National, pour y enfermer des familles (demandeurs d’asile) avec leurs enfants mineurs.

Concrètement, cela signifie qu’en ce 21ème siècle dans notre pays qui s’est engagé officiellement à respecter les droits des enfants, des enfants vont se retrouver détenus, enfermés, privés de liberté uniquement sur base de leur statut migratoire(ou de séjour) ou de celui de leur parent ou tuteur.

De nombreuses études démontrent que l’enfermement, même de courte durée et dans des conditions décrites comme « humaines », est un véritable traumatisme pour un enfant et nuit gravement à son développement.

Le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté se mobilise contre un tel projet afin que les droits de tous les enfants soient respectés. Chaque enfant doit être traité comme un enfant et être libre, soigné, protégé et jouir des mêmes droits.

Avec une centaine d’associations, le RWLP exige donc que ce projet et cette construction soient stoppés.

Pour en savoir plus : http://www.onnenfermepasunenfant.be/

 

 

Depuis plusieurs semaines, les différents partis politiques ont mis en avant des projets forts différents de réforme fiscale. Cet enjeu est très important : à travers les futures réformes fiscales, notre société ira-t-elle vers davantage de justice sociale ? Le Réseau pour une Justice Fiscale (RJF) et son équivalent néerlandophone (FAN) ont organisé le 31 mars 2014 un colloque qui a permis aux partis démocratiques francophones et néerlandophones de clarifier leur position.

 Lire les réponses des syndicats CSC et FGTB

Lire la position défendue par le RJF et le FAN

Lire les  réponses des partis politiques

Le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté était présent ce dimanche 27 avril au débat des Présidents qui s'est tenu au Parlement Wallon.  Eddy Houbart y a pris la parole au nom du RWLP

Eddy PW

Le texte de l'intervention :    

Mesdames, Messieurs,

Je constate de la bienveillance de la part des femmes et des hommes politiques à l’égard de Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté. Régulièrement des membres de réseau sont invités à s’exprimer devant des représentants politiques de tous niveaux de pouvoir et ces mêmes représentants renvoient à chaque fois combien ils sont touchés par les témoignages entendus. Ceci étant, je ne pense pas que votre travail politicien se limite à écouter et à compatir et j’espère que vous ne le pensez pas non plus. Je souhaiterais que vous fassiez plus. La situation l’exige. Une personne sur cinq en Wallonie est au seuil de la pauvreté. Si le combat contre la pauvreté constitue une priorité, il faut qu’il y trouve une place régulière dans vos agendas. Etre reçu au parlement comme nous l’avons déjà été est une chose. Cette tâche vous vous en acquittez, même si nous aimerions être sollicités plus en avant, pas en dernier recours, comme souvent, mais être associés aux actions du pouvoir exécutif est encore une autre chose. Et c’est surtout à ce niveau que je constate une carence, ce qui est paradoxal. Pourquoi les ministres, acteurs de terrain, n’éprouvent-ils pas la nécessité de collaborer plus étroitement avec les membres de réseau qui sont, par leur vécu, des experts en matière d’affaires sociales. Je vous demande de réfléchir à la manière de faire évoluer notre travail en commun afin de gagner en efficacité.

 

Voir la Vidéo  (intervention d'Eddy à 1:02:24)

Écrit par un collectif de responsables d’associations d’éducation permanente et membres du Conseil supérieur de l’Education permanente.

Quand des médias ouvrent leurs colonnes à des "opinions" qui critiquent le monde associatif avec une malveillance flagrante, point n'est besoin, en y répondant, de faire une publicité imméritée à ces auteurs qui cherchent à se faire exister dans le paysage médiatique plus qu'à alimenter le débat.

Par contre, on ne peut laisser des contre-vérités se faire une place dans l'opinion sans réagir sur le fond.

C'est la raison pour laquelle ce collectif de signataires tient à relever et réfuter ce qui, à force d'attaques infondées, devient un ensemble de lieux communs dont la réalité associative, et spécifiquement les actions d'éducation permanente, sont victimes de manière de plus en plus récurrente. Quatre de ces lieux communs les plus récurrents sont ainsi abordés et déconstruits dans cette analyse.

Lire la carte blanche

 

 

MANIFESTATION EN SUPPORT DES SDF EN HONGRIE


vendredi 14 février 2014 à 11 heures


devant l’ambassade de Hongrie Avenue du Vert Chasseur 44 à Uccle
près de l’Ecole Européenne
rassemblement pour ceux qui viennent en transport en commun à la Gare de
Bruxelles-Midi à 10 heures devant les guichets bus 136, 137, 12 haltes
le 15 octobre 2013 est entrée en vigueur une loi, en Hongrie, qui criminalise les SDF qui
« résident habituellement dans les espaces publiques ». Maintenant les SDF en Hongrie peuvent
être punis de travail forcé, de pénalités financières et d'emprisonnement. Et ceci dans la
plupart des quartiers de Budapest voire des municipalités environnantes.
Le gouvernement Hongrois déclare qu’ aujourd’hui tout les SDF reçoivent de l’aide. Ce qui
n’est pas vrai. Selon une étude faite par les services sociaux officiels les travailleurs de la rue
ont recensé 4000 SDF dorment dans la rue et ce chiffre n’est que pour Budapest. En ce moment
les températures sont plus qu’hivernales en Hongrie.
Cette nouvelle législation est une violation des droits humains à la dignité, à l’intégrité
physique et mentale, qui sont garantis par la constitution Hongroise, la Charte des Droits
Humain de l’Union Européenne, la charte Européenne des Droits Humains et d’autres accords
internationaux.
Comme objection à ces mesures les SDF remettrons une lettre, destinée au gouvernement
Hongrois, à l’ambassadeur de Hongrie en Belgique, le 14 février 2014 à 11h00. Ensuite il y a une
conférence de presse sur le trottoir devant l’ambassade.
Front Commun SDF 0479 68 60 20

Voir la Vidéo de la manifestation

Un fonds documentaire à votre disposition

Une collaboration Province de Namur-RWLP et divers partenaires.


En savoir plus

 

Consulter le catalogue